Filtre
  • Fanny Dumain

    Fanny Dumain - du 18 au 30 novembre 2013

     Fanny dumain1Fanny dumain2

     

    Je suis né une nuit, dans le noir. Le jour est arrivé bien après moi, dans toute sa beauté et sa dureté. Depuis, même absent il n’a jamais cessé d’être là, gris ou lumineux, désiré ou redouté. À sa lumière j’ai appris à grandir, à aimer, à vivre. Donc à souffrir. Tant et si bien que j’ai fini par m’écrouler.
    Et je suis mort.
    Il m’a fallu alors apprendre à résister, résister vraiment. Prendre les coups que je ne pouvais éviter et transformer les chocs à mon avantage. Combattre, gagner quelques fois. Aujourd’hui, j’apprends encore, je suis vivant.
    J’ai dû mourir pour mieux naître.


    Fanny Dumain

     

    Démarche artistique

    L’humain est fascinant. Tout en paradoxe. Repoussant, attirant. Complexe, et pourtant facilement définissable par ses choix et ses actes, dont l'irrationalité laisse souvent perplexe.

    L'observation des traces humaines laissées à travers le monde permet d'entrevoir les manifestations d'une inépuisable volonté de vivre, et plus encore de la peur de mourir. On court après l'immortalité.

    On court dominés par cette volonté de faire des souvenirs un patrimoine, de conserver la mémoire, dans une lutte incessante pour sa préservation, contre l’inexorable fin de toute chose, de tout être. Quoique l’on fasse, c’est toujours pour se laisser bercer par l’illusion de l’empreinte laissée derrière soi.
    On crée, passionnés, menteurs. On ne cesse de construire. Des bâtiments par exemple. Pour y naître, y vivre, y apprendre, y travailler, y vouer un culte, y mourir. Pour toucher le ciel. Même après notre mort, il arrive qu’on érige encore un petit quelque chose pour ne pas être définitivement sous terre. Quel que soit le matériau, on construit. Quel que soit le

    ...
  • Valérie Picot

    Valérie Picot - du 3 au 15 février 2014

     Valérie PicotValérie PicotValérie Picot

    Valérie Picot originaire de Périgueux, vit à Limoges. Elle commence son parcours en fréquentant les bancs de l'Ecole Nationale d'Arts Décoratifs de Limoges, où elle  a pu acquérir les bases techniques du travail de la porcelaine, de l’émail, de la peinture et surtout de la photo, son premier centre d'intérêt.


    En 2005, la peinture redevient une évidence et un mode d’expression tout en lâcher-prise, elle définit alors son travail, d’abstrait-instinctif.
    Diverses expositions locales ont suivi, proposant des séries variées : des « paysages » virtuels, des nébuleuses, mais aussi des griffures parfois violentes, des noirs intenses, des dominantes de bleus dégradés et de rouges. Sur l’avant dernière série, le spectateur plongeait dans la couleur noire aux reliefs de velours et reliefs dégoulinants, des surfaces noires, mâtes, veloutées, ou brillantes.


    N’étant pas dans la retenue, elle produit des séries différentes les unes des autres, même si la technique reste  identique. Son travail demeure très ouvert donc, et à ce jour elle poursuit son champ des possibles ; ce lâcher-prise ne peut être contraint, puisqu'il est l'essence et la base de tous ses travaux. Ainsi, elle nous livre un défouloir créatif, sans frein.

    « Je pense que les toiles doivent faire travailler l’imaginaire de chacun, pour qu’elles ne soient jamais totalement les mêmes selon qui les regarde : c’est pourquoi la plupart d'entre elles n'ont pas de titre, mais des numéros.
    J’utilise principalement la peinture acrylique, des vernis et mes techniques mixtes ».   


     
    http://valeriepicot.canalblog.com

     

  • Jean-Georges Marcillaud

    Jean-Georges Marcillaud - du 3 au 15 mars 2014

     3 JGMarcillaud1 JGMarcillaud5 JGMarcillaud

    Jean Georges Marcillaud né en 1949 en Dordogne

    En 1967 commence pour lui une carrière professionnelle au Musée National de Préhistoire aux Eyzies (Dordogne) en qualité de dessinateur au service de préhistoriens de renom pour reproduire des silex taillés.

    Cette science de la minutie où le trait redonne vie à la pierre, où le détail exprime l’ensemble, a permis à l’artiste d’explorer sur la même base d’autres champs avec la photographie argentique ou l’image de synthèse à la fin des années 80.

    En 1987 il adhère au mouvement des Nouveaux illustrateurs.

    Au fil des années il découvre les oeuvres de Dürer, Rembrandt, Soulages, Hartung.

    Toujours en recherche, au cours de travaux à l’encre noire, il exploite aujourd’hui le parallélisme des lignes de hachures et leurs variations. Il en crée des tracés de mouvements comme autant de voyages tant intérieurs qu’extérieurs et qui en font des « encres voyageuses ».
              
               Bercement. Effleurement. Souffle.
               Trait. Trace. Tracé…

    « Je n’ai pas souvenir de mon arrivée ici, ni quel jour, ni quel siècle… »
    JGM, Avant travaux, Bordeaux, Mars 83.


    Expositions collectives :

    1998 C.C.I paysages préhistoriques dessins et encres. 24 Périgueux.
    1992 Super Blaireau Culturel. 24 Trélissac
    1983 Avant Travaux Drac Aquitaine 33 Bordeaux

    Expositions Avec les Nouveaux Illustrateurs :

    1992 Printemps des Images. Sanctuaire numérique. Périgueux.
    1989 Europe des Créateurs.

    ...
  • Sophie Hawkes [2014]

    Sophie Hawkes - du 19 au 31 mai 2014

     Sophie HawkesSophie HawkesSophie Hawkes


    Dans les rêves se tissent images du quotidien et les images du passé qui se mèlent au gré des associations et des émotions et que transforme souvent le processus même du rêve. En me livrant au flux du cycle des saisons et des états d’âme—paysages changeants qui m’entourent, souvenirs issus de l’inconscient—je peins des images qui reflètent les moments atemporels and transitoires, des échos à la fois paysagers et abstraits, personnels et partagés.

    Après des études universitaires en littérature et une formation à l’estampe, je me suis vouée à la création artistique, souvent inspirée par ma vie de nomade. Je me tourne vers les lieux qui recèlent cours d’eau et arbres, qui m’ancrent en moi-même et me servent de repères spatiaux.  Les tableaux à l’huile et à l’encaustique que je présente ont été créés à partir de mon lieu de vie actuel. Ils sont le reflet de mon parcours et de ma pensée au cours des sept dernières années de ma vie passées en Dordogne.

    Blog de l’artiste : www.sophiehawkes53.blogspot.fr


    Expositions individuelles

    Rêves de la Mémoire, Château d’Excideuil,  prévue pour 6-26 septembre 2014
    Luminosités, Le Bugue et St Avit de Vialard, 2011
    Sophie Hawkes: Small works, Mildura Arts Festival, Mildura Australie, 2010
    A New York Painter in the Périgord, Momuciarpo, St Cyprien, 2007
    Paintings, Encaustics and Monotypes, Po Gallery, Providence, RI, 2007
    Hudson Landscape, Hudson Opera House, Hudson, NY, 2002
    Blue Light, Davis and Hall Gallery, Hudson, NY, 2001
    The Inner Landscape, Po Gallery, Providence, RI, 2001
    Spirit of the Place, The Merchant and Ivory Foundation, Claverack, NY, 1997

    Expositions collectives choisies

    Vues d’ici, vues de loin, Château d’Excideuil, Excideuil,

    ...
  • Le skate moderne [2014]

    Le skate moderne - du 16 au 28 juin 2014

     Le skate ModerneLe skate ModerneLe skate Moderne

     

    À propos du court-métrage

    Réalisateur : Antoine Besse
    Production : Kloudbox, LBH - Les Belles Histoires, All Boards Family
    Soutien : Magenta Skateboards, Dailymotion

    Date de sortie : 29 Janvier 2014

    Entre fiction et documentaire, on suit de manière contemplative une bande de skates fermiers/campagnards dans les coins les plus reculés de la Dordogne. L' idée étant de casser les lignes classiques au "fisheye" des vidéos de skateboard.
    Aucun spot de béton lissé et parfait, ici les riders mettent les pieds dans la boue et skatent un environnement complètement insolite et atypique. En d’autres termes, le skateboard sort de son contexte urbain. Le court-métrage est librement adapté du documentaire "La Vie Moderne" de Raymond Depardon. Ici les cadrages, les décors, les costumes y font très largement écho. La vidéo va créer le doute entre fiction et réalité et surtout montrer la bonne "camaraderie" de cette bande de riders réunis autour d’une passion commune pour la planche à roulette. Il s'agit ici d'une vidéo tout public et non une vidéo de skateboard pure.

    Le court métrage


    LE SKATE MODERNE par kloudbox

    Le projet artistique

    Suite au succès du court-métrage (en 1 semaine de lancement : diffusée par 75 médias et 300 000 vues), il était important pour l'équipe d'étendre le projet, à l'origine audiovisuel, en d'autres médiums.
    Tout le long du tournage, les photographes de

    ...

Newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour vous tenir au courant de l'actualité de la galerie.

Nous contacter

  • Tél.  (à venir, envoyez un mail)

Réseaux sociaux

Suivez toute l'actualité sur facebook :