Filtre
  • Claudie Lenzi

    Claudie lisant ses poèmes, une main sur la hanche

    Claudie en démo

    Poète et Artiste Plasticienne Otorigène

    Assembleuse de mots et de matériaux, nomadise entre Poésies et Arts Plastiques.
    Ses objets comme ses textes nous communiquent la fragilité et l'éphémère de nos perceptions quotidiennes d'humain qui pense, entend, parle et agit...à la dérive...
    Depuis 1988, expose, écrit, lit, forme, performe, organise et publie en France et en Europe.

    Claudie Lenzi a créé le terme Otorigène pour désigner la peuplade malentendante à laquelle elle appartient, une peuplade qui vit entre bruit et silence où se profile la ligne du malentendu ...

    Tout son travail consiste à trouver des correspondances et des passerelles entre :
       - les paroles qu'elle entend
       - la poésie qu'elle écrit
       - les images et les objets qu'elle fabrique

     En poésies

    Affectionne particulièrement les dérapages sur la langue.
    Aime écrire comme ça parle.
    Ecrit souvent comme elle entend c'est-à-dire à peu-près.
    Se meut à l'aise dans les troubles sonores du langage.
    Adore quand ça se répète, se répète, se répète .
    Utilise au cours de ses lectures actions des moyens plastiques qui visent à mettre en difficulté l'écoute du texte lu et ceci afin de témoigner des difficultés de la langue.

    En arts plastiques

    Les objets qu'elle fabrique et qu'elle nomme les "Machines à Lire", sont des sortes de palimpsestes visuels de plexi, de métal et de lumière. Ses Machines à Lire habitent l'univers de l'Entre-deux : entre image d'écriture et objet.
    Les Machines à Lire" de Claudie Lenzi se présentent comme des métaphores de la mémoire et de la parole dans notre civilisation, faites toutes trois d'inscriptions permanentes et d'effacements successifs.
    Dans ses Machines sont imprimées des images d'écriture estampées ou gravées qui jouent à cache-cache avec le sens grâce au mouvement et à la lumière.

    Les Machines à Lire de Claudie Lenzi compensent et reconstruisent du

    ...
  • Sylvie LEYMONIE & Michael HERMES | Du 29 juillet au 10 août 2013

    "imagination sylmic"

    La première exposition à deux de Sylvie Leymonie et Michael Hermes.
    Une belle rencontre entre abstraction et figuration, avec les rouleaux peints et les livres d’artiste de Sylvie, avec les figures, les fragments et les applications de Michael. Ils nous proposent de raconter des histoires fantastiques, parfois mystiques. Ces contes, on peut les entendre, les dire et les lire, sans un mot.
    A la manière des mimes...

    Dans le cadre du festival Mimos
    Quand : du lundi 29 juillet au samedi 10 août 2013, de 14h00 à 18h30, fermé le dimanche - Vernissage : lundi 29 juillet à 18h30


    > en savoir +

  • Jon Stark

    Billy BuddNo Small TalkTM In Mirror

    Biographie

    ---------------------

    Chaqu’une de mes images est fait à la main, en utilisant des techniques conventionnelles de chambre noire.

    Je ne souhaite pas vous tromper. Je n'ai aucune explication pour mon travail. Simplement, ca existe. Il n'y a jamais une fin ordonnée et heureuse. Les portraits sont principalement des artistes qui travaillent de facon indepéndante : Les esprits créateurs des sujets de mes portraits peuvent être exempts de liens d'institutionnalisation ; mais en conséquence ils font face à un manque de sécurité et une vulnérabilité écrasante, ce qui cause une tension qui pourrait enflammer L'Enfer à tout moment. Ils sont pour toujours sur le point d'abandon. Contenu avec leur destin. Sans réserve libre. Presque heureux.

    J’ai commencé à faire des photo professionale en 1985, en Écosse, où je suis né. Je me suis specializé en photo de théâtre et de danse et dès le debut de ma carrière mes photos étaient publié partout - comme des posters, comme des panneaux d’affichages et comme des brochures, dans tout les journaux au Royaume-Uni y compris The Guardian, The Times et The Independent et dans les magazines.

    Apres ces succès, The British Council m’a passé une commande ce qui m’a amené à Pologne en 1991 où je photographiais des mises en scènes. À cette époque, j’ai commencé à faire des expositions à Édimbourg.

    C’était là, où plus tard, j’ai été commandé comme photographe officielle du festival fringe d’Édimbourg, le plus grand festival d’art performance au monde.
    En 1991, je suis allé habiter aux Etats-Unis où j’habitais jusqu’à 2002.

    Là, j’ai continué à travailler avec des groupes d’art performance professionals et independents. Mes images étaient publié dans les journaux y compris The New York Times, The Village Voice et The Philadelphia Inquirer. Régulièrement, je faisais les expositions de photographies aux centres des arts, aux universités et aux galleries.?

     

    ...
  • Xavier Boisserie

    divadiva2

     

    Le silence est l’allié le plus certain qui soit ;  voir, écouter, sentir, ressentir, percevoir.

    Ainsi, suis-je devenu photographe, dans le sens où chaque image est le reflet d’une attitude, d’un état d’esprit. Car il ne s’agit pas de suggérer, d’obtenir ou de rechercher, mais avant toute chose, de demeurer intérieurement immobile. Etre là simplement ; amant d’une réalité destinée à son impermanence et que, l’image elle-même ne peut figer.

    Voir Diva provoque un choc qui anéantit sur le champ toute manifestation de territoire habituel et coutumier. Sa présence éveille à la perception. Celle-ci est peut-être un rêve !
    J’ai rencontré Diva et l’inconnu. Témoin privilégié de la transformation de l’être… 
                                                                                                                                                                                                                   
    « DIVA est l'illustration de l'artifice pur poussé à l'extrême afin de lutter contre le culte actuel de l'authenticité à tout prix.
    Le costume, les accessoires, le maquillage de Diva sont
    ...
  • Xavier Boisserie et les Résidents du Val de l'Attier [2012]

     

    xavier boisserieXavier boisseriexavier boisserie

     

    Démarche

    -----------------------------------

    C'est l'histoire d'une rencontre. Un voyageur-poète-photographe et les résidents du Val de l'Attier, traumatisés crâniens. L'idée de faire ensemble le chemin vers la rivière, toute proche du centre, avec leurs regards et un appareil photo. Ateliers photo, d'écriture, d'expression, projet d'expositions, ensemble.
    "Nous avons pris des photos ensemble car nous avons vu la rivière ensemble".
    Un regard sur le monde qui chemine en voyageur, à la rencontre de toutes choses. La ballade, comme aller à un pique-nique, et le jardin aquatique s'est ouvert à nos yeux et nos oreilles, dans une langue qui utilise le silence et l'apaisement. "Être là , simplement avec ce qui est."
    "Toute l'essence d'une oeuvre trouve sa source au sein de l'expérience, du cheminement de l'âme".

     

    Oeuvres

    --------------------------------------

    "Une petite pousse sur l'eau - Image - Signe annonciateur du début du printemps".
    Il y est aussi question de la terre et de l'eau, des minéraux et des cristaux. Alchimies, inclusions, abondance, générosité de la vie.
    "Peut-être que nous rêvons encore, et que la rivière, les minéraux, les végétaux solitaires, les grains de sable, l'eau cristallisée en glace, sont seulement des pensées nées d'une telle union".

     

    Expositions

    ---------------------------------

    Cette exposition est destinée au nomadisme. Les photographies sont donc imprimées sur un support offrant une certaine pérennité ; l'impression sur bâche permet une présentation plane ou tendue, elle peut être roulée et ne nécessite pas de verre protecteur.
    Les photographies
    ...

Newsletter

N'oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour vous tenir au courant de l'actualité de la galerie.

Nous contacter

Réseaux sociaux

Suivez toute l'actualité sur facebook :