Pascale Delarge

 

 

"Rendre à la mort son existence dans une société qui l'occulte, c'est témoigner pour la vie."

 

"Dans les papiers glacés des magazines, j'incise des bribes, fragments du monde, signes de mes pensées. Ces images, glanées et inventoriées, se glissent au coeur du corps, métamorphosent en icônes les  squelettes radiographiés. Avec humour et tendresse, loin de toute morbidité, les ossements bafoués se réveillent dans un second souffle. Comme un acte de refus de l'horreur, de la cruauté et de la barbarie humaine, je cherche au sein de la création, l'énergie et la subtilité du vivant." (Pascale Delarge - avril 2011)
L'artiste fait aussi référence aux "plis de l'âme", à Deleuze, pour qui la double appartenance fait quʼun corps appartient à une âme et que des âmes appartiennent à ce corps. ("Le Pli, Leibniz et le Baroque" G. Deleuze -1988) Elle détourne des radiographies et s'inscrit dans l'héritage de la poésie dadaïste, voire de certains surréalistes comme Max Ernst et Jacques Prévert.

 

Oeuvres

----------------------------------

Pascale Delarge privilégie les matières laquées, les papiers brillants, les plaques de verre, l'acier inoxydable, tout ce qui reflète et laisse transparaître. Ses techniques sont avant tout celles du photo-montage et des installations. On verra au sol le gisant "la visitation" et les alignements de bacs à révéler des visages, la "forteresse du regard" et, pour "faire des pieds et des mains", elle en glisse dans des boîtes aux reflets intérieurs de miroirs en inox. Aux murs, des tableaux encadrés, tels "double effigie", portrait(s) d'un gitan pendant la 2° guerre mondiale, ou encore "parole de feu", ce face à face d'une silhouette et d'un crâne, reliés d'un souffle plissé... Et encore, des détournements de lambeaux d'images publicitaires. Bras et chevelures, corps-supports affichés, vus et revus, qui font écho à des "fantaisies" et des radio-vitraux ciselés et coloriés en suspension.

 

Parcours

---------------------------------

Née à Bruxelles, Pascale Delarge grandit à Paris, obtint une maîtrise de sociologie et devint psychologue à l'Education nationale. Diplômée en arts plastiques, elle vit et travaille à Nancy et Paris. "En 1995, elle invente le radio-collage. Les formes fantomatiques des squelettes servent de structure aux imagesidées ; elle coupe, incise les signes de ses pensées, les torture, les récupère et les envoie habiter des icônes spectrales avec une ironie qui cache mal la tragédie de notre temps. La douceur lutte avec la douleur, la vie l'emporte sur la mort omniprésente." (Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains - ledelarge.fr - 28 000 notices)

 

Expositions

-----------------------------

En 2010, avec la costumière Eléonore Daniaud, elle crée la robe "nébuleuse ossature", assemblage subtilement éclairé, composé d'innombrables radiographies médicales.

nominée au Grand Prix - Nancy-Malzéville à La Douera 2008
Salon MAC, Paris 2005
Aix en Provence, Gandia (Espagne), Vittel, Corbeil 2004
Qatar 2002
Salon international du collage, Paris 2001

Nous contacter

Réseaux sociaux

Suivez toute l'actualité sur facebook :